Sorcières, aussi... un peu d'histoire



Du dernier procès de "Sorcière" en Provence...au retour des "Sorcières" contemporaines !


Cette création clôt la trilogie « Le Jeu du hasard et du sacré » (commencée avec Shakespeare’s Commedia – 2016- suivie de Paroles d’Argile, l’Épopée de Gilgamesh -2017) avec laquelle le TRAC poursuit et invente son engagement poétique.

« Tremate, tremate, le streghe son tornate ! Tremblez, tremblez, les sorcières sont de retour ! » « Nous sommes les petites-filles des sorcières que vous n’avez pas réussi à brûler »

Avec ces slogans rappelant les injustices infligées aux femmes dites « sorcières » pendant des siècles, le mouvement féministe de la fin du XXème siècle ne manque pas d’audace et de sagacité.

La rébellion mondiale des femmes contre les violences subies en ce début de XXIème continue de révéler l’intolérable malaise de civilisation qui perdure.

« C’est précisément parce que les chasses aux sorcières nous parlent de notre monde que nous avons d’excellentes raisons de ne pas les regarder en face. S’y risquer, c’est se confronter au visage le plus désespérant de l’humanité. » Mona Chollet. C’est dans ce combat permanent pour l’égalité et la dignité que nous inscrivons notre création théâtrale et musicale : « Sorcières, aussi ». Elle s’appuie, d’une part sur le récit d’une histoire réelle vécue par une femme provençale du XVIIème siècle (Madeleine Demandolx de la Palud), et d’autre part sur l’inspiration de notre temps, sans oublier les ingrédients de la fantaisie.

Réservez nos prochaines dates de "Sorcières, aussi..." :



Éléments d’histoire


Madeleine Demandolx de la Palud, en compagnie de Louise Capeau et d’autres jeunes ursulines, fut impliquée dans « l’affaire des possédées d’Aix-en-Provence ». Un phénomène collectif de « séduction diabolique » qui conduisit Madeleine et Louise face à l’Inquisition au couvent de la Sainte-Baume, où elles témoigneront à charge contre le prêtre Louis Gaufridi, lequel, accusé et convaincu de sorcellerie, fut condamné au bûcher par l’arrêt du Parlement d’Aix en 1611. Une quarantaine d’années plus tard, Madeleine de la Palud se trouve rattrapée par cette affaire. La rumeur marseillaise l’accusant de « sortilèges, charmes et maléfices » va provoquer son arrestation à Aix en février 1653, puis son procès et sa condamnation par la Cour d’Aix, en juillet.

La création

Fidèles à notre conception d’un théâtre d’éducation populaire, nous nous engageons dans cette recherche dramaturgique et scénique avec un langage pluri-artistique au service d’un chœur contemporain (théâtre, musique, chant, mouvement, arts plastiques…). Nous partons de l’idée que ce récit relève de la parole des femmes, notamment en pensant à celles qui, aujourd’hui encore au Ghana, sont déportées et confinées dans des « villages de sorcières ». Un chœur de femmes prendra donc en charge l’assemblée théâtrale, pour nous raconter l’histoire personnelle de Madeleine tout en s’autorisant d’étonnantes résonances -chantées- dans la société d’aujourd’hui.

Les sources historiques et d’inspiration

La Sorcière, Michelet, éd. Gallimard, Paris, 2016 Un procès de sorcière, Claude-Alain Sarre, éd. J.P. Gisserot, Paris, 2006 Sorcières. La puissance invaincue des femmes, Mona Chollet, éd. La Découverte, Paris, 2018 L’affaire Gaufridy et L’affaire Magdeleine de la Palud, article de J. L. Charvet, in Dictionnaire de droit criminel. Possessions d’Aix-en-Provence, Wikipédia.

L'équipe


Texte et mise en scène : Vincent Siano

Création musicale et direction chants : Ada Bonora et Mylène Halsberghe

Jeu théâtre et chant : Cyan Agraphioty, Joëlle Arduin, Florence Blanchard, Annie Chalvidal, Camille Chaudon, Isabelle Delaye, Anne Dedieu, Nicole Ferrer, Isabelle Gounand, Emilie Jouffrey, Catherine Milon, Sylvie Prabel Quoirin, Christelle Salert, Claude Vilquin, Françoise Zanon.

Formation artistique :

Chœur (jeu et interprétation) : Frédéric Richaud

Corps et mouvement : Silvia Cimino

Scénographie :

Conseils et coordination : Christine Fabreguettes

Réalisation masques, accessoires, costumes : Annie Chalvidal, Anne Dedieu, Isabelle Gounand, Emilie Jouffrey, Claude Vilquin

Réalisation marionnette : Frédérique Flèche

Création éclairages : Mathias Blatière

Régie : Noémi Berliner

Coordination de l'équipe : Christelle Salert et Emilie Jouffrey


Remerciements à : Romain Arnaud-Kneisky (concepteur de l'affiche), Anne Dedieu (peintre du tableau original) et Anne Deval pour son autorisation de chanter sa chanson "La Sorcière"

Fiche technique


• Caractéristiques

Titre : Sorcières, aussi

Résumé : Histoire de Madeleine de la Palud, emprisonnée pour sorcellerie à Aix en Provence en 1653

Type de spectacle : Historique, actualité

Durée : 1h30

Nombre de personnes en scène : 16 personnes

Nombre de techniciens : 1 technicien


• Plateau

Ouverture : Scène de jeu de 9 à 11 mètres / Pendrillons latéraux = 1.50 mètres / Dégagement en fond = 1 mètre / Coulisses obligatoires derrière la scène

Profondeur : 5.50 à 6.50 mètres

Hauteur sous perches : aucun décor en hauteur

Type de sol : normal


• Contacts

Contact privilégié au sein de l'équipe

▪ Responsables d'équipe :

Christelle Salert : 06 23 76 34 80 / christelle.boulvin@yahoo.fr

Emilie Jouffrey : 06 81 63 46 04 / lecotemilie@gmail.com

▪ Contact équipe de diffusion :

Anne Dedieu : 06 86 75 34 04 / anne2dieu@hotmail.fr

▪ Théâtre Rural d'Animation Culturelle : www.le trac.org

Secrétariat : 04 90 65 05 85 / trac.beaumesdevenise@wanadoo.fr


NB: Cette fiche technique fait partie du contrat mais peut néanmoins être adaptée